Vœux convivialistes 2022

* * * ENGLISH VERSION BELOW ***

Chers amis, chers soutiens du convivialisme,

Cette période des voeux est bienvenue pour retisser les liens. Certains d’entre vous regrettent sans doute de ne pas recevoir plus de nouvelles, et plus régulièrement, de l’avancement du convivialisme. C’est que nous disposons de trop peu de temps et de moyens, et qu’il y a trop de choses à faire sur tous les fronts. Notez toutefois que sur le nouveau site convivialiste (www.convivialisme.org), depuis six mois, chaque semaine ou presque, vous pouvez lire une contribution au blog des convivialistes hébergé par Mediapart.

Ce qu’il faut retenir en priorité, parce que c’est assez remarquable, c’est que ces contributions proviennent d’horizons politiques et idéologiques très divers. Pourtant, ils trouvent leurs points de convergence dans le convialisme. Et ce désir de donner le primat à l’entente sur l’essentiel plutôt qu’aux oppositions (sans les masquer) reste présent depuis les débuts de l’aventure convivialiste. Vous l’avez vu, ce pari s’est trouvé conforté à l’échelle mondiale avec la parution chez Actes Sud en février 2020 du Second Manifeste convivialiste, signé par près de trois-cents personnalités de trente-trois pays différents. Il a déjà été traduit en allemand en anglais, en portugais du Brésil, en catalan, en italien. Les traductions en arabe et en espagnol sont désormais achevées et vont paraître sous peu. Les traductions en chinois et en turc sont en cours.

Toujours au plan international, nous avons essayé de faire naître un embryon de Parlement citoyen mondial dans lequel se reconnaîtraient et qu’animeraient, en droit, tous les réseaux de réseaux internationaux soucieux du bien commun de l’humanité. Les outils tels que Zoom qui permettent d’organiser des visioconférences en plusieurs langues rendent un tel projet plausible. Reste à convaincre un nombre suffisant de réseaux de réseaux. Nous nous y employons. Ce n’est pas gagné, mais ça en vaut la peine…

Ca en vaut la peine parce que, nous le voyons bien, sans même parler du covid, l’évolution du monde est de plus en plus inquiétante. Ce n’est pas pour rien que 75% des jeunes sur la planète entière se disent effrayés par l’avenir qui les attend. Aucune des actions ou des mesures prises n’est à la hauteur des enjeux climatiques. Et les idéaux humanistes et démocratiques se rétrécissent partout en peau de chagrin. La Chine rebascule dans un totalitarisme combiné à un nationalisme de plus en plus agressif, la Russie liquide les derniers faux-semblants de démocratie, et il n’est même pas sûr du tout que les institutions républicaines tiennent encore longtemps aux Etats-Unis.

En France, si on additionne les sympathisants de Zemmour, Le Pen et Ciotti, on compte pas loin d’un tiers à 40 % de suffrages potentiels pour l’extrême-droite. Le vainqueur probable de la présidentielle, Emmanuel Macron, ne propose rien d’autre, avec brio, que de mener, enfin et pour de bon, une politique résolument néolibérale. La gauche écologiste se révèle incapable de produire une discours mobilisateur qui soit à la hauteur des enjeux actuels. Tout ceci atteste assez, je crois, de l’urgence d’un projet politique convivialiste. Pour ma part, j’essaie d’en esquisser quelque lignes possibles dans une petite brochure qui doit paraître le 12 ou le 19 janvier aux éditions Le Pommier sous le titre Si j’étais candidat…Une politique convivialiste (3,5 €).

Mais nous sommes encore loin de pouvoir peser de manière significative sur la politique française. Que faire, alors ? Contribuer de toutes les manières possibles à la formation d’une opinion publique pleinement informée des enjeux écologiques et qui échappe tant à l’identitarisme qu’au néolibéralisme en oeuvrant à la mise en commun et en réseau de toutes les organisations de la société civique. C’est pour cette raison que nous sommes en lien, entre autres, avec l’archipel de l’écologie et des solidarités, avec le Pacte du pouvoir de vivre (qui réunit 65 associations importantes), avec l’archipel Osons les jours heureux, avec 2022 ou jamais (organisateur de la Primaire populaire), etc.

Et vous, qui vous reconnaissez dans le convivialisme mais qui n’êtes membre d’aucun de ces grands réseaux et voulez agir, que pouvez-vous faire ? La question nous est souvent posée. Je crois qu’elle est mal posée. La force du convivialisme, c’est son côté informel, c’est paradoxalement sa faiblesse, son absence de moyens. Nous ne sommes pas une organisation qui puisse proposer à ses adhérents tout un ensemble d’activités. Non, il faut prendre le problème à l’envers. Vous êtes sympathisant du convivialisme ? Alors, dites-le le plus possible autour de vous, et inscrivez ce que vous faites déjà, chacun à son échelle et selon son temps disponible, sous le signe du convivialisme.

Si vous êtes un certain nombre à le faire, beaucoup de choses deviendront possibles.

C’est en tout cas ce que je nous souhaite à nous tous pour 2022.

Alain Caillé


Dear friends, dear supporters of convivialism,

This holiday season is a good time to reconnect. Some of you may regret not receiving more news, and more regularly, about the progress of convivialism. This is because we have too little time and too many things to do on all fronts. Note however that on the new convivialist website (www.convivialisme.org), for the last six months, every week or so, you can read a contribution to the convivialist blog hosted by Mediapart.

The main thing to remember, because it is quite remarkable, is that these contributions come from very diverse political and ideological backgrounds. Yet, they find their points of convergence in convialism. And this desire to give primacy to agreement on the essentials rather than to oppositions (without masking them) has been present since the beginning of the convivialism adventure. As you have seen, this bet has been reinforced on a worldwide scale with the publication by Actes Sud in February 2020 of the Second Convivialist Manifesto, signed by nearly three hundred personalities from thirty-three different countries. It has already been translated into German, English, Brazilian Portuguese, Catalan and Italian. The translations into Arabic and Spanish are now completed and will be published shortly. Translations into Chinese and Turkish are in progress.

Still at the international level, we have tried to create an embryo of a World Citizen’s Parliament in which all the international networks concerned with the common good of humanity would be recognized and animated, in law. Tools such as Zoom that allow the organization of videoconferences in several languages make such a project plausible. It remains to convince a sufficient number of networks of networks. We are working on this. It is not won, but it is worth it…

It is worth it because, as we can see, without even mentioning covid, the evolution of the world is more and more worrying. It is not for nothing that 75% of young people on the whole planet say they are afraid of the future that awaits them. None of the actions or measures taken are equal to the climate challenges. And humanist and democratic ideals are shrinking everywhere. China is sliding back into totalitarianism combined with increasingly aggressive nationalism, Russia is liquidating the last pretence of democracy, and it is not at all certain that republican institutions will hold for much longer in the United States.

(…)

And you, who recognize yourself in convivialism but who are not a member of any of these large networks and want to act, what can you do? We are often asked this question. I think it is not well asked. The strength of convivialism is its informality, but paradoxically its weakness, its lack of means. We are not an organization that can offer its members a whole range of activities. No, you have to look at the problem the other way around. Are you a convivialism supporter? Then tell as many people as you can, and register what you are already doing, each one at his own level and according to his own time, under the sign of conviviality.

If a certain number of you do it, many things will become possible.

This is what I wish to all of us for 2022.

Alain Caillé


Crédit photo : Sophie Palmier, Socialter

2 Replies to “Vœux convivialistes 2022”

  1. Le convivialisme a cette force de pouvoir rassembler les tenants de la liberté première et les tenants de l’égalité première: la liberté première, oui mais celle des autres; l’égalité première, oui mais celle des moins favorisés. Faisons le vœux que les autres que ces autres nous rejoignent!

  2. Cher Alain et la communauté des convivialistes. Merci pour votre message. Je voudrais m’engager en 2022 à diffuser le Convivialismo ici au Pérou, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Il serait bon d’entrer en contact et d’organiser des espaces de réflexion et d’échange. Depuis le réseau international Profadel http://www.profadel.net présent en France, en Italie, au Maroc, au Mali, au Togo, à Madagascar et au Pérou, j’espère contribuer à la diffusion des principes et des actions convivialistes. Convivialmente, Arnaldo Serna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.